MON

blog

Un balcon sur la Lune de Han-Ah Chung


Auteur : Han-Ah Chung

Titre VO :

Traduction : Véronique Cavallasca et Mihwi Park

Genre : fiction


Éditions : Decrescenzo Éditeurs

Parution : 12 octobre 2017

Pages : 150


Série : non


Prix : Numérique : 0,00€ - Papier : 17,00€

Achat : Cultura - Un balcon sur la Lune


Résumé :

Eun-mi enchaîne les tentatives infructueuses pour trouver un emploi dans le milieu du journalisme. La jeune femme devra supporter un peu plus longtemps les réflexions de ses parents qui la pressent de stabiliser sa situation en pensant à son avenir. Plusieurs lettres reçues par sa grand-mère, cependant, viennent un jour égayer ce quotidien morose : sa tante, qui a coupé tout contact avec la famille il y a quinze ans, est devenue astronaute de la NASA. Quand sa grand-mère lui propose de rejoindre sa tante aux États-Unis, Eun-mi n'hésite pas : elle quitte le domicile parental, l'adresse de sa tante dans la main.

Mais lorsque les retrouvailles ont lieu, une autre histoire se fait jour, à mille lieues de la description d'une sortie dans l'espace et la promesse d'un univers en apesanteur, loin des soucis.

Au fil du récit, Eun-mi et sa tante vont apprendre à se connaître. Et l'affection et la confiance qui se tissent entre les deux femmes vont peu à peu agir en forces libératrices. À l'image d'un astre inconnu rayonnant soudain dans le ciel nocturne, une nouvelle carte se dessine : une intériorité et un itinéraire individuels.


Avis lecture :

Vous ne vous êtes jamais dit que vous ne serez jamais à la hauteur ? Que vous aviez choisi la mauvaise voie ?

Jeune auteur sud-coréenne, Han-Ah Chung nous livre un message d'optimisme avec Un Balcon sur la Lune, un roman sur la vie et ses difficultés. Il ne faut pas se laisser abattre par les difficultés, au contraire, il faut continuer et perséverer, encore faut-il le faire dans la bonne voie. Les erreurs arrivent, ça arrive à tout le monde. Mais il faut savoir les reconnaître et en tirer des leçons.


Eun-Mi a tout misé sur son rêve : devenir journaliste. Pour cela, il lui faut réussir le concours d’entrée. Mais voilà, chaque nouvelle tentative se solde par un échec, au grand dam de sa famille qui l’incite très fortement et peu subtilement à réfléchir à son avenir. À bientôt 27 ans, il serait temps de commencer à travailler. Quitte à revoir ses ambitions à la baisse et de travailler au restaurant avec son père et son grand-père. Mais Eun-Mi n’envisage pas autre chose que le journalisme. Elle est faite pour ce métier. Du moins, le pense-t-elle… Car rien d’autre n’est envisageable. Rater une nouvelle fois le concours, c’est rater son insertion dans la société.


Échec après échec, ne parvenant pas à s’insérer dans la société, quelle solution lui reste-t-il ? Pour Eun-Mi, la réponse est simple : le suicide. Si elle ne parvient pas à obtenir la place qu’elle souhaite dans la société, alors il ne peut y avoir de concession. Cette place, elle ne peut s’obtenir que par le travail, érigé en valeur absolue.

Eun-Mi mise tout sur un rêve qui ne lui correspond pas sans même s’en rendre compte. Nulle réussite sans épanouissement. Mais quand sa grand-mère lui propose de rejoindre sa tante astronaute à la NASA aux États-Unis, Eun-Mi n'hésite pas et part la rejoindre. Mais lorsque les retrouvailles ont lieu, c'est une toute autre histoire qui l'attend. Si elle n'envisageait ce voyage que comme une fuite, un exil, Eun-Mi va vite se poser des questions. N’y a-t-il pas d’autres voies envisageables ? L’exil. Mais dans quel but ? Pour trouver mieux ? Ou pour se rendre compte que l’exil n’est pas une solution en soi. Eun-Mi et sa tante vont alors devoir apprendre à se connaître, l'occasion pour la jeune femme de se remettre en question et de prendre du recul sur la société et ses diktats.


De nombreux thèmes sont ici abordés : la recherche de soi avec notamment la question de la transidentité, qui plus est dans une société marquée par son conservatisme, la recherche du bonheur (pour être heureux, faut-il s'insérer dans la société ? À quel prix ? Le travail, marqueur de réussite, est-il synonyme de bonheur ?) le suicide, le rêve, la modernité et la tradition... Bref, autant de thèmes abordés dans un petit roman, ce qui le rend extrêmement dense.


Conclusion

En suivant Eun-Mi jusqu'aux États-Unis, Han-Ah Chung nous invite à prendre du recul sur la société et nous oblige à nous poser sur ce que l'on souhaite réellement, à apprendre à nous connaître pour enfin nous épanouir.


Citation :

« - Marchand de tongs... Il manque un peu d'ambition non ?

- Qui peut savoir ? Quel droit a-t-on de juger de l'ambition d'autrui ? Et si le bonheur pour lui, c'est de vendre des tongs dans le coffre de sa voiture justement, sans personne qui se mêle de ses affaires ? »