top of page

MON

blog

Le Magicien d'Oz de Frank Lyman Baum


Auteur : Lyman Frank Baum

Titre VO : The Wonderful Wizard of Oz

Traduction : Didier Sénécal

Genre : fantastique


Éditions : Pocket

Publication : Mars 2013

Pages : 179 pages


Série : non


Prix : 1,90€


Résumé

Dorothée et son jeune chien Toto sont emportés par un cyclone et transportés dans un pays merveilleux. Seul le grand et puissant magicien d’Oz peut aider la jeune fille à rentrer chez elle, au Kansas. Mais le chemin est long et semé d’embûches : accompagnée d’un épouvantail qui se plaint de ne pas avoir de cerveau, d’un bûcheron en fer-blanc qui dit ne pas avoir de cœur, et d’un lion qui a peur de manquer de courage, Dorothée se rend dans la cité d’Émeraude…


Avis lecture

Ep-pe, pe-pe, kak-ke ! Hil-lo, hol-lo, hel-lo. Ziz-zy, zuz-zy, zik ! Formule d’incantation des singes ailés qui n’a pas l’air de fonctionner… Et zut !

Est-il encore nécessaire de présenter le Magicien d’Oz ? Qui n’a jamais vu le film de Victor Fleming de 1939 ou lu le livre dont il est adapté ? Et bien moi, jusqu’à ce jour, je ne l’avais jamais lu ! Il était donc temps que je m’y mette !!

Dorothy est une jeune fille qui vit dans une ferme au Kansas en compagnie de son oncle et de sa tante. Mais un jour, elle est emportée par une tornade dans un lieu étrange : le pays d’Oz. Commence alors un long périple pour rentrer chez elle. Heureusement, elle ne sera pas seule dans son aventure. Accompagnée de son fidèle chien Toto, elle croisera le chemin de créatures aussi fantastiques qu’attachantes !


Le Magicien d’Oz est un roman écrit il y a déjà plus d’un siècle et qui n’a pourtant pas pris une ride. Au même titre que les Contes de Charles Perrault, de ceux des frères Grimm ou encore d’Andersen, il parvient à nous faire voyager dans un univers merveilleux.

Si aujourd’hui, la mode est aux héroïnes débrouillardes et pleine d’intelligence, ici, au contraire, nous en retrouvons une tout ce qu’il y a de plus classique et limite un peu cruche (et oui, à l’époque, les demoiselles n’étaient sûrement pas encouragées à partir à l’aventure, encore moins toutes seules ! Scandale en vue !). Ainsi, une fois transportée au pays d’Oz, Dorothy n’a qu’une hâte : rentrer chez elle et cela, en dépit de son attachement à ses compagnons. Et ceux-ci forment une troupe pour le moins originale : un épouvantail sans cervelle, un lion dénué de courage et un bûcheron en fer-blanc qui a perdu son cœur. Chacun décide de se rendre devant le grand et sublime magicien d’Oz pour lui demander ce qu’il lui manque. Afin d’exaucer leurs vœux, le magicien leur demande de tuer la méchante sorcière de l’Ouest. Mais la tâche s’annonce assez difficile.

J’ai préféré les personnages secondaires à Dorothy. En effet, bien que tous soient abordés de façon simpliste (et parfois même trop, donnant à certains moments une impression de superficialité), j’ai trouvé Dorothy assez fade. Par moment, je me suis même demandée à quoi elle servait ! Très rapidement, le rôle de Dorothy va être assez limité. Elle se contentera de dormir (oui, oui, je vous jure et même qu’elle a le sommeil vraiment lourd, même une bombe aurait du mal à la réveiller !), d’être sauvée par l’Epouvantail et le Bûcheron et de répéter inlassablement « je veux rentrer chez moi ». Heureusement que ses amis sont plus intéressants ! L’Epouvantail qui se dit sans cervelle ou encore le Magicien d’Oz sont mes préférés.

Au niveau du style d’écriture, on reconnaît bien celui typique aux contes. Tout en fluidité et simplicité mais avec un langage quelque peu soutenu car il s’agit après tout de captiver l’esprit de nos chers petits (et des grands, bien entendu !). Tout le long de ma lecture, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à deux adaptations : d’une part au film de 1939 et d’autre part, au film de Sam Raimi sorti en 2013 : Les Mondes Fantastiques d’Oz avec James Franco. Le premier se veut l’adaptation fidèle du livre et si de nombreuses différences sont à noter (la plus flagrante étant la couleur des souliers), cela ne m’a absolument pas dérangée, le film occupant une place particulière dans mon cœur depuis toute petite ! En ce qui concerne le deuxième, celui-ci se veut inspiré aussi bien du livre que du premier film. Et là encore, j’ai été étonnée de voir que finalement, il y avait bien de nombreux points fidèles. Ainsi, à ces personnes qui reprochent à Sam Raimi d’avoir fait du Magicien d’Oz un escroc et un charlatan, je leur dirais d’aller lire le livre ! Parce qu’il permet d’en apprendre un peu plus sur cet univers que tant de monde pense connaître et parce qu’aussi et surtout, c’est un très joli conte comme on les aime dès notre plus jeune âge !


Conclusion

Pour conclure, je reprendrais ces quelques mots de Lyman Frank Baum : « Le Magicien d’Oz a été écrit … avec pour unique ambition de donner de la joie aux enfants d’aujourd’hui. Il ne vise à être qu’un conte de fées modernisé : il élimine les peines de cœur et les cauchemars pour ne conserver que l’enchantement et le plaisir ». Que dire de plus ?


Extrait:

« - Qui es-tu ? demanda l’Epouvantail après s’être étiré en bâillant. Et où vas-tu ?

- Je m’appelle Dorothy, et je vais à la Cité d’Emeraude demander au Grand Oz de me renvoyer au Kansas.

- Où est la Cité d’Emeraude ? Et qui est Oz ?

- Comment ? s’exclama la fillette, très étonnée. Tu ne le sais pas ?

- Non, je ne suis au courant de rien, répondit-il avec tristesse. Tu vois bien que je suis empaillé, alors je n’ai pas du tout de cervelle.

- Oh ! dit Dorothy. Je suis désolée pour toi. »

Kommentare


bottom of page