MON

blog

Le Bébé de Francesca de Yannick Giammona


Auteur : Yannick Giammona

Genre : fantastique, thriller


Éditions : auto-édité

Parution : Novembre 2021

Pages : 150


Série : non


Prix : Numérique : € - Papier : 12,00€

Achat : Amazon - Le Bébé de Francesca


Résumé

La naissance d'un bébé, c'est toujours une grande joie dans une famille ! Mais le bonheur aura été de courte durée pour Francesca. Paul, son ex-mari, va s'en rendre compte bien assez vite... Pourquoi Martin, cet enfant de dix-huit mois, fait-il aussi peur à son père ? Que faire pour le stopper ? Comment faire comprendre au Capitaine Charras, chargé de l'enquête sur le meurtre de Francesca, que ce bébé possède une particularité exceptionnelle ? Tant de questions qui, une fois les réponses apportées, vont mener à un dénouement sanglant et pour le moins inattendu.


Avis lecture

Cela fait maintenant quelques années que je suis présente sur les différents réseaux sociaux dédiés aux livres. Et ce que j'ai toujours apprécié, c'est le nombre infini de découvertes que l'on peut y faire. Grâce à ça, j'ai pu rencontrer des personnes exceptionnelles, toutes passionnées de littérature, chacune à sa manière. Et cela a aussi été l'occasion de découvrir un monde à part entière : celui des auto-édités !

Yannick Giammona appartient à cette sphère. Est-ce qu'un les romans auto-édités sont forcément moins bons que des romans portés par de grandes maisons d'édition ? Bien au contraire ! La qualité d'un roman ne se juge pas à sa maison d'édition ou à l'absence de celle-ci. Et les adeptes de policier fantastique se plairont à découvrir ce roman de Yannick Giammona (un grand merci pour cette découverte !).


Suite à son divorce avec Francesca, Paul a la garde alternée de leur fils Martin, âgé de dix-huit mois. Jusqu'au jour où il en a la garde complète. Francesca a été assassinée et si Paul est le suspect principal aux yeux de la police, lui, il sait qui est le coupable. Mais personne ne le croira, il le sait. Pourtant, il va essayer de convaincre le capitaine Charras, chargé de l'enquête. Comment réussir à convaincre ce policier, proche de la retraite, que l'assassin de Francesca n'est autre que... Martin ? Enfant du diable ? Chucky en chair et en os ? Non, rien de tout ça. Martin est "juste" un enfant aux capacités exceptionnelles, capable de déplacer des objets par la seule force de la pensée. Est-ce que cela suffit à faire de lui un tueur en couche-culotte ? Martin pourra-t-il être arrêté ? Parviendra-t-il à maîtriser ses pouvoirs ? A-t-il volontairement tué sa mère ?


Dès les premières pages il n'est fait aucun mystère des capacités de Martin et de sa culpabilité. Nous savons que le bébé est coupable et que Paul est innocent. Toute la tension se trouve dans le fait que la police est persuadée de la culpabilité de Paul alors même que lui seul connaît l'identité du coupable. Et que Martin peut recommencer à n'importe quel moment. Paul sait que personne ne croira ce dont Martin est capable. Pourtant, s'il veut éviter la prison et empêcher Martin de recommencer, il lui faudra absolument convaincre les policiers. Si les pouvoirs de Martin ne se manifestent pas de nouveau. Ce bébé a déjà tué une fois. Qui dit qu'il ne recommencera pas ? Ou plutôt, quand récidivera-t-il... ?


Tout au long du roman, la tension est palpable, la vie de Paul ne tient qu'à un fil. À la moindre contrariété de Martin, tout peut basculer. Alors Paul s'attache à ne jamais frustrer son enfant. Mais lui céder en tout, est-ce vraiment la solution ? Martin est une bombe à retardement et page après page, on se surprend à attendre la catastrophe. Martin n'est qu'un bébé, il n'est pas vraiment en mesure de contrôler ce qu'il fait. N'est-ce pas ?

Le capitaine Charras se trouve quant à lui confronté à une impasse. Si Paul est le suspect principal, les preuves à son encontre son bien difficiles à réunir. Et c'est là toute la complexité de l'affaire. Paul n'a rien d'un tueur et il ne peut avoir réussi le crime parfait. Il a bien dû commettre une erreur ? Le crime parfait n'existe pas. Et c'est quoi ce délire d'accuser son propre fils ? Un bébé ! Paul a dû perdre la tête c'est impossible. Mais s'il disait vrai ? Charras n'a jamais échoué durant sa carrière. Ce n'est pas avec cette enquête que cela va commencer. Paul semble terrifié et Charras compte bien découvrir pourquoi.


Conclusion

Du suspens, du surnaturel, une femme mystérieusement assassinée, un bébé doté de capacités incroyables, un père la peur nouée aux tripes et un policier en fin de carrière. Voilà les ingrédients du Bébé de Francesca, un thriller fantastique court et efficace qui saura ravir les adeptes du genre.


Extrait

« Paul n'avait jamais mis les pieds dans un commissariat de police. Il ne se sentais pas à l'aise. Comme s'il avait mal agi. Il avait l'impression d'être de retour au collège. À cette époque, il était si timide qu'il tremblait quand le professeur cherchait du regard un élève à interroger.

Cet homme âgé de trente-cinq ans n'avait rien fait. Divorcer de sa femme Francesca quelques mois seulement après la naissance de leur premier enfant était loin d'être un crime. Ce qui ne l'empêchait pas de ne pas se sentir à sa place. Paul ne savait pas ce qu'il faisait là. Pourquoi devait-il se rendre au commissariat de police, sans qu'on lui donnât la raison de sa venue ? Tout cela lui paraissait insensé. »


« Il se dirigeait vers le bureau du meilleur flic de la ville. C'était en tout cas ce qu'il pensait et, pour chaque sombre affaire de meurtre, il était heureux de savoir que le capitaine s'en occupait. Charras était un bon flic. Il donnait tout pour son travail. Un bien qui, de nos jours, était aussi précieux que rare. En effet, selon le commissaire, le XXIe siècle était celui des fainéants. »