top of page

MON

blog

Là où réside l'hiver de Laëtitia Arnould


Auteur : Laëtitia Arnould

Genres : fantastique


Éditions : Twinkle

Parution : 2021

Pages : 448


Série : non


Prix : Papier : 29,90€


Résumé

À dix-sept ans, Edda Nightingale est une jeune fille solitaire et hypersensible. Orpheline, elle vit avec sa belle-mère et la fille de cette dernière. Même mise à l'écart, elle veille chaque jour sur le manoir de son enfance et les bois de Moonland.


Garant des glaciers, Jack Frost est la quintessence de l'hiver. Pourtant, qui connaît encore son nom ? Invisible pour les hommes et délaissé des fantômes, Jack œuvre sans relâche : il roussit les feuilles, souffle le givre et fait danser les flocons…


Est-ce le vent du nord, un étang gelé ou une aurore boréale qui va mettre Edda et Jack sur le même chemin ? Si la première découvrira un univers de conte, le second devra côtoyer les humains, ces Éphémères qui l'ont laissé pour compte…

 

Avis lecture

Là où réside l'hiver, un roman hivernal, au doux son des flocons de neige tombant du ciel. Les éditions Twinkle étoffent progressivement leur catalogue avec de très beaux ouvrages, aussi bien dans la forme que dans le fond.

Là où réside l'hiver, c'est une ode aux saisons. C'est une ode à l'amour, à l'amitié, à la planète.


Edda Nigthingale, héritière du domaine de Moonland, vit sous la tutelle de sa belle-mère depuis la mort de ses parents. Or, la cohabitation n'est vraiment pas évidente entre les deux. Si Edda souhaite plus que tout au monde préserver les bois de Moonland, il en va tout autrement de sa belle-mère, Miranda Glasting, qui aimerait avoir le contrôle total du manoir pour mieux raser ses bois…

En parallèle, il existe un autre monde, un monde invisible aux yeux du commun des mortels. Celui des gardiens des saisons, ces êtres capables de prendre une forme humaine comme animale et dont le rôle est de protéger le cycle naturel des saisons. Or, leur mission se voit chaque jour plus difficile à accomplir en raison des activités humaines. Le réchauffement climatique, la déforestation, la pollution, l'assèchement des sols... autant de maux qui, si les humains ne prennent pas rapidement conscience des conséquences de leurs activités, signeront la fin des saisons.


Tout commence donc en plein hiver, au plus fort du froid, alors qu'Edda se voit complètement mise à l'écart du lieu qui l'a vue grandir. Sa belle-mère a réussi à l'éloigner de Moonland en l'envoyant travailler en centre-ville, l'obligeant à dormir sur place. Le prétexte : les retours du soir en ce temps hivernal sont bien trop dangereux, un accident pourrait si vite arriver ! Mais la jeune fille est bien déterminée à protéger Moonland et ne tiendra guère compte des ordres. Jusqu'au soir où un terrible accident se produit. Afin de sauver celle qu'elle considère malgré tout comme sa sœur, Ally Glasting, Edda tombe dans un étang gelé. Pour Ally, c'est sûr, Edda ne peut pas avoir survécu à sa chute et Miranda s'empressera de l'enterrer. Du moins, d'annoncer sa mort. Car son corps n'a pas été retrouvé. Ce que tout le monde ignore, c'est qu'un être veillait dans l'ombre. Cet être, ce n'est nul autre que Jack Frost, qui a été captivé par la sensibilité d'Edda. Edda semble en effet faire preuve d'un don particulier, qui la rend particulièrement réceptive aux activités des protecteurs. Situé entre les deux mondes, Jack peine à trouver sa place car il n'est affecté à aucun mois, contrairement aux autres protecteurs et fait ainsi montre d'une curiosité plus importante envers certains êtres humains. Lorsqu'il voit Edda sombrer dans les eaux glaciales, il ne réfléchit pas et décide de la sauver.

Lorsque la jeune fille revient à elle, elle découvre un monde parallèle, merveilleux et étrange et pourtant intimement lié à celui des humains. Bien que de courte durée, son absence suffira cependant pour la destruction des bois de Moonland. Or, leur destruction ne représentera pas seulement une perte sentimentale, elle marquera également le début de la fin des saisons. Déterminés à sauver l'hiver, les deux mondes vont devoir agir de concert très rapidement.


Puisant ses sources dans les différents folklores et plus particulièrement scandinave et slave, ce récit nous emmène à la rencontre d'êtres fabuleux. Conquise par la merveilleuse couverture, je craignais cependant un récit trop jeunesse, au message écologique trop évident comme on peut parfois en rencontrer. Or, il n'en est rien. Ce récit aux allures de conte fait au contraire preuve de maturité et de subtilité. D'une plume digne des contes de notre enfance, Laetitia Arnould nous montre l'importance de la question écologique et nous pousse à nous interroger sur nos actions et leurs conséquences sur la nature, et par la-même, sur notre avenir. Il ne s'agit pas là d'un argumentaire écologique mais bien d'une fable à plusieurs niveaux de lecture, qui parvient à la fois à nous transporter dans un monde féérique tout en nous invitant à la réflexion.


Conclusion

Un roman aux tonalités hivernales, empreint de magie et de féérie. Puisant son inspiration dans le folklore, Là où réside l'hiver est une ode aux saisons et à la nature, mené par une plume enchanteresse.


Extraits

« Comment avons-nous pu en arriver à cet instant, à cette époque où les saisons ont fini par perdre leurs repères? Ça me dépasse. L'équilibre du monde ne tient qu'à un fil mais j'estime qu'il est du devoir de chacun de tout faire pour qu'il ne se rompe pas. Nous avons déjà trop tardé. »


« On peut avoir les pieds sur terre et la tête dans les étoiles. Il suffit d’être ouvert d’esprit et ouvert au monde qui nous entoure. »

Comments


bottom of page