MON

blog

Anienda, Tome 2 - Anienda et les Sept Prayeurs d'Alexandra Streel


Auteur : Alexandra Streel

Genre : Fantasy, Jeunesse


Éditions : Rebelle

Parution : 23 novembre 2020

Pages : 240


Série : oui

Tome : 2/3


Prix : Numérique : 4,99€ - Papier : 16,90€

Achat : Cultura - Anienda Tome 2


Résumé :

Alors qu'il se remet de ses blessures à la cité d'Anienda, Elwyn a le sommeil perturbé par de lourdes questions : pourquoi Kilia l'a-t-elle trahi ? Que compte faire Yrgalon, maintenant que l'Arkéa est entre ses mains ? Entouré de ses amis, Elwyn doit se préparer à une guerre qui s'annonce inévitable et doit apprendre à maîtriser ses pouvoirs. Mais cela sera-t-il suffisant face à la menace qui se lève, au-delà de l'Envéa ? Dans son périple pour sauver Iryane, il côtoiera des légendes et entrera en contact avec les nains. Leur alliance est indispensable pour sauver Anienda. La guerre débute.


Avis lecture :

C’est avec plaisir que je vous propose de retourner aujourd’hui sur les terres enchantées d’Anienda aux côtés d’Elwyn et ses amis !

Il faut savoir que là aussi, il s'agit d'une relecture car j'avais déjà eu la chance de découvrir Anienda et les Sept Prayeurs grâce à Alexandra il y a quelques années. Un grand merci à toi pour m'avoir accordé de nouveau ta confiance !!


Elwyn et Iryana se remettent progressivement de leurs blessures et des terribles aventures qu’ils ont vécu tout en profitant de cette phase de repos avant de se lancer de nouveau dans la quête de l’Arkéa et de contrer les plans destructeurs d’Yrgalone.

Riche en découvertes et révélations, ce deuxième tome nous donne l’occasion d’approfondir la mythologie d’Anienda, toujours aussi surprenante par son niveau de détails et intéressante. En effet, si les descriptions du premier tome sont plus légères, elles sont désormais beaucoup plus étoffées et complexes, pour le plus grand plaisir du lecteur qui peut s’immerger totalement dans ce monde enchanté (à quand un bestiaire d'Anienda ?). Cela vaut aussi bien pour les descriptions des différents lieux que des personnages qui sont également plus travaillés en profondeur, leur apportant une complexité indéniable et les rendant bien plus intéressants.

Si à la première lecture le premier tome m’avait laissé une impression assez partagée, sa relecture m'avait finalement totalement convaincue. On y ressent tout le potentiel que recèle l’univers d’Anienda et la fin laissait espérer des aventures épiques ! Ce deuxième tome vient confirmer tout cela.


Roman plus mature, il est agréable de voir l’évolution de l’auteur aussi bien que celle de ses personnages. Et ce qui est encore plus agréable, c’est de voir que l’auteur a également su conserver l’esprit plein d’innocence et de naïveté du premier tome tout en le rendant progressivement plus sombre. Roman de fantasy s’adressant surtout à un public adolescent, il sait aussi faire le bonheur des plus grands. Pour autant, je regrette à sa lecture de ne plus être adolescente car comme pour bien d'autres romans qui ont marqué cette période de ma vie, j'ai grandi en même que certains héros (Harry Potter, Tara Duncan, Ewilan et bien d'autres encore...). J'aurais vraiment aimé qu'Elwyn et ses amis fassent partie de ces héros pour que je puisse grandir en même temps qu'eux au fil de leurs aventures. Bon après, soyons honnête, ça n'empêche pas du tout de l'apprécier et puis j'ai gardé une âme d'enfant. Donc j'ai l'âge que je veux.



Conclusion

Merci à Alexandra Streel pour m'avoir une nouvelle fois accordé sa confiance et permis de redécouvrir le bel univers d’Anienda. Je terminerai ma chronique comme ma première chronique sur le deuxième tome : POURQUOI, MAIS Ô POURQUOI, CETTE FIN ??! Désolée mais non, non, non et non ! Je n'étais pas d'accord la dernière fois, je ne le suis toujours pas ! Je conteste ! Comment je fais en attendant la suite maintenant ? Pour les curieux, il vous faudra vous plonger jusqu’à la dernière page pour comprendre !


Citation :

« Lorsque la lumière faiblira, que les frontières seront fragiles, c'est de l'enfant aux mains de l'ennemi que naîtra la nouvelle aube... »